" Démarches pour ouvrir son cabinet d’architecte en Belgique

Vous êtes étudiant en école d’architecture, jeune diplômé ou architecte employé et vous souhaitez ouvrir votre propre cabinet d’architecte ? Avant de devenir pleinement indépendant,quelques étapes sont nécessaires. Il est également possible de devenir architecte d’intérieur, qui est un métier proposant quelques différences avec la profession d’architecte. À travers cet article, nous allons vous expliquer toutes les spécificités et démarches pour atteindre votre objectif.

 

Un architecte, c’est quoi ?

 

Quelles sont ses missions ?

Durant une opération de construction, l’architecte est aussi appelé, le maître d’œuvre. C’est la pièce centrale du chantier. Il doit en effet être présent durant les trois grandes phases des travaux. C’est-à-dire, durant les études préparatoires, la réalisation du chantier, mais aussi après la livraison de l’ouvrage. Il intervient si un sinistre arrive une fois que le bâtiment est occupé.

Par ailleurs, si vous êtes architecte et que vous souhaitez étendre votre clientèle à des locuteurs étrangers, cet article pourrait vous aider !

 

Quelles sont les différences entre un architecte et un architecte d’intérieur ?

Bien que les missions d’un architecteet d’un architecte d’intérieur peuvent parfois se ressembler, il s’agit bien de deux professions différentes. Tout d’abord, l’architecte est reconnu par la loi du 20 février 1939, tandis que ce n’est pas le cas pour l’architecte d’intérieur.

 

Quel est le rôle de l’architecte d’intérieur ?

Contrairement à un architecte, l’architecte d’intérieur imagine et conçoit les espaces d’un bâtiment, des espaces publics. Parfois, il peut aussi être amené à travailler pour des domaines plus artistiques. Par exemple, il peut aménager des scènes pour du théâtre ou des expositions culturelles. Sur un chantier de bâtiment, il peut être missionné pour réaliser la phase en amont des travaux, ainsi que pour le suivi du chantier.

 

Comment exercer le métier d’architecte ?

 

Que dit la réglementation ?

Tout d’abord, l’architecte doit être diplômé par l’État, mais aussi, il doit être inscrit à l’ordre des architectes. Il peut exercer sa profession sous trois statuts : l’indépendant, le fonctionnaire et l’appointé. L’indépendant (ou en statut d’autoentrepreneur) travaille seul ou en collaboration avec d’autres personnes inscrites à l’ordre des architectes ou des stagiaires architectes. L’architecte fonctionnaire travaille dans un service public. Bien qu’il travaille pour l’État, il a tout de même l’obligation d’être inscrit à l’ordre des architectes. Comme il dépose des actes d’architecture régulièrement, il s’agit d’une obligation. L’architecte appointé exerce sa profession en étant employé dans une entreprise. Il exerce toutefois son métier de façon limitée. Par exemple, il ne peut déposer des actes du monopole légal de l’architecture.

À savoir : Il est aussi possible d’être architecte enseignant. Pour l’architecte fonctionnaire enseignant, une dérogation lui permet d’exercer aussi en tant qu’indépendant ou appointé également.

 

Quels diplômes ?

Pour devenir architecte, il n’existe qu’un seul diplôme requis, celui-ci est le diplôme d’architecture. Il est délivré à la suite de 5 années d’études. Un stage doit être réalisé au cours de cette formation, sa durée minimale est de deux ans.

Conseil : L’idéal est de réaliser un stage le plus long possible afin d’acquérir une expérience plus importante et plus enrichissante pour la suite.

 

Quelles sont ses obligations ?

De par sa profession, l’architectea plusieurs obligations :

  • Concevoir l’ouvrage : Il doit créer le bâtiment, aussi bien la partie « esthétique » du bâtiment que l’aspect technique, pour que l’ouvrage puisse être construit dans les normes.
  • L’obtention du permis d’urbanisme : Il doit réunir les pièces administratives constituant le permis d’urbanisme qui permet de commencer la construction.
  • La signature du contrat d’architecture : Il doit envoyer le contrat d’architecture au maître d’ouvrage (le client) du bâtiment.
  • Le contrôle du chantier : pour que les travaux se déroulent le mieux possible, il doit aussi contrôler le déroulé de la construction. C’est aussi pour veiller aux éventuelles malfaçons et la gestion de celles-ci avant la livraison du projet.
  • La réception des travaux : Une fois la construction achevée, l’ouvrage est livré au client. L’architecte se doit d’être présent lors de cette réunion officielle.
  • Le devoir de conseil : Lors de la réalisation des études de faisabilité du projet, il doit un devoir de conseil au maître d’ouvrage
  • La souscription à une police d’assurance : Dans le cas d’un litige ou la responsabilité de l’architecte est engagée, il doit indemniser le client. Pour cela, il souscrit à une politique d’assurances.

 

Comment installer son cabinet d’architecte en Belgique ?

 

Quelques informations à connaître

Lorsqu’un architecte devient indépendant en ouvrant son propre cabinet, il paie lui-même ses cotisations sociales. Aussi, il doit s’affilier à plusieurs organismes tels que :

  • Une caisse d’assurances sociales
  • Une mutualité
  • Une caisse d’allocations familiales
  • Une assurance accidents du travail
  • Une assurance hospitalisation
  • Inscription à l’ Ordre des architectes
  • Optionnel : une assurance pour des revenus garantis

 

Les étapes de la création du cabinet d’architecte

Tout d’abord, il faut être diplômé. Par la suite, il est possible d’envisager la création de l’agence d’architecture. Dans un premier temps, il faut préparer toute la partie financement du projet, en partant du plan financier jusqu’à son capital de départ. En tant qu’indépendant, il existe plusieurs statuts juridiques : à titre principal, à titre complémentaire ou en assimilation à une activité complémentaire. Dans le premier cas, l’architecture est l’unique source de revenus. À titre complémentaire, l’architecte possède une autre activité rémunérée en Belgique. Enfin, dans le dernier cas, l’activité d’architecte est un complément.

 

Quelle forme d’entreprise ?

Il existe de nombreuses formes d’entreprises pour créer sa société en architecture. Ce choix dépend principalement du chiffre d’affaires et du nombre d’employés.

À retenir…

Architecte et architecte d’intérieur sont deux professions différentes.

Il existe trois statuts en tant qu’architecte indépendant.

 

Une bonne communication

Nul ne peut réussir sans se faire connaitre !

Pour développer votre visibilité et attirer vos clients, ne négligez pas les différentes formes de communication :

  • la communication digitale avec un site Internet multilinguequi reflète l’ADN de votre cabinet et qui respecte tous les locuteurs installés en Belgique (et ailleurs !)
  • les réseaux, et il ne s’agit pas ici que des réseaux sociaux digitaux – fort utiles au demeurant – mais aussi des réseaux professionnels,où vous pourrez nouer des partenariats porteurs et bénéficier de recommandations par des acteurs du BTP par exemple qui partagent les mêmes valeurs que vous.

=> découvrez notamment comment les entreprises du BTP peuvent se développer grâce à l’internationalisation de leurs contenus .

 

L’exercice de la profession d’architecte propose de nombreuses perspectives d’évolution une fois diplômé. En effet, il est tout à fait envisageable de travailler pour l’État, dans un cabinet d’architectes, ou bien de devenir indépendant. En ouvrant votre cabinet, vous travaillez pour vous-même, plus libre de vos choix. Mais cela implique que vous êtes seul pour en assumer les conséquences. Si l’entreprenariat vous séduit, collaborer au sein d’un cabinet peut être un bon départ pour faire vos armes en tant que jeune architecte !