"

L’anglais est une des langues la plus parlée au monde. Que ce soit dans le monde économique, des affaires, dans l’enseignement, les études ou en politique, l’anglais est présent partout.

Mais savez-vous quels sont les pays non anglophones qui maîtrisent le mieux l’anglais ? Et quels sont les avantages de maîtriser la langue de Shakespeare ? Découvrez un panorama des pays où l’anglais est le mieux parlé et ceux où il faut défaut, ainsi que sa place en Politique.

 

La répartition géographique de l’anglais dans le monde

Quels pays maîtrisent le mieux l’anglais ? En tête du classement des pays parlant le plus anglais, on souligne dans l’ordre les Pays-Bas, suivis par la Suède, le Danemark, la Norvège et Singapour en Asie. Et oui ! L’Europe est donc le premier continent où l’on parle le plus l’anglais !

Mais n’en déplaise à notre ego français, la France arrive seulement en 32ème position du classement (sur 80) ! Selon l’index Education First 2017, la majorité des personnes maitrisant l’anglais en France sont des hommes de moins de 30 ans.
Sur le continent d’Amérique Latine, c’est en Argentine (en 25ème position du classement) que les habitants maîtrisent le mieux l’anglais.

Au contraire saviez-vous que c’est en Algérie, en Lybie, au Laos, au Cambodge et en Irak que le niveau d’anglais de la population est le plus bas ? L’Afrique quant à elle se situe un peu en dessous de la moyenne mondiale.

 

Quels avantages tire-t-on de la maîtrise de l’anglais ?

Dans le monde professionnel, maîtriser l’anglais est devenu obligatoire et est souvent demandé en entretien d’embauche en vue d’un poste à caractère international ou dans les entreprises ayant des filières dans différents pays.
Vous pourrez ainsi être souvent amené à traduire des documents de l’anglais au français et du français à l’anglais ou dialoguer par courrier ou téléphone avec des interlocuteurs étrangers. En particulier, les métiers d’assistant de direction ou assistant administration des ventes requièrent un niveau d’anglais courant, voire bilingue au quotidien.

Dans l’aviation et dans l’aéronautique, la maîtrise de l’anglais est indispensable à la bonne conduite d’un avion, d’une machine ou pour aiguiller une ligne. Il est donc indispensable de bien prononcer chaque sonorité et de maîtriser la terminologie anglaise spécialisée avec ses irrégularités. Attention aux faux-amis et expressions idiomatiques anglaises qui peuvent nuire à la bonne compréhension !

Par ailleurs, une bonne maîtrise de l’anglais offre également la possibilité d’enrichir ses connaissances en accédant à des documents et informations accessibles en anglais sur Internet notamment.

La maîtrise de l’anglais est donc essentielle dans le monde professionnel à bien des égards.

 

Quels politiques parlent le mieux l’anglais ?

L’anglais faisant partie des langues officielles, les politiques sont également amenés à échanger en Anglais puisque bien entendu, tous ne maîtrisent pas la langue maternelle de chaque pays !

11 février 2014, lors d’une visite d’Etat à Washington, François Hollande, alors Président français, s’exprime seul, sans être accompagné d’un traducteur interprète. Avec quelques fautes et un accent pour le moins “frenchy”, il s’en sort avec une pirouette météorologique dans la langue de Shakespeare comme à son habitude avant de poursuivre avec humour par « Je vais devoir parler français maintenant, parce que je suis obligé de faire ça pour mon pays ».

Le Président américain, Barack Obama, avoue ensuite « Bonjour… That’s the extent of my French » (Bonjour… Voilà toute l’étendue de mon français) et fait à son tour une note d’humour (en anglais) sur la température glaciale qui sévit dans la capitale américaine. « Peu d’endroits dans le monde réchauffent le coeur comme Paris au printemps. Ce matin, nous allons faire de notre mieux avec Washington en hiver ».

En France, Laurent Fabius, ex-ministre des affaires étrangères français, Christine Lagarde et notre actuel président Emmanuel Macron s’illustrent avec une bonne, voire excellente, maîtrise de l’anglais, un vrai plus dans les relations internationales.
En 2005, Jean-Pierre Raffarin quant à lui s’est fait remarquer lors de sa campagne pour le « oui » au référendum pour la Constitution européenne avec une mauvaise traduction devenue “culte“ : « Win the « yes » needs the « no » to win against the « no ».

L’anglais de nos jours est un outil de communication indispensable. Connaître la langue de Shakespeare et la maîtriser sont des compétences recherchées dans divers métiers. Mais si c’est en Europe que l’on parle le mieux l’anglais, reconnaissons que les français auraient bien besoin de prendre des cours d’anglais pour se mettre à niveau !